The Heirs...


 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une journée entre époux

Aller en bas 
AuteurMessage
Adonis Markoff
Ministre de la Magie
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 14/03/2009

MessageSujet: Une journée entre époux   Jeu 19 Mar - 16:06

Adonis sortit de sa chambre en boutonnant les boutons des manches de sa chemise. Il entra, tête baissée dans le salon où la radio, allumée, diffusait plusieurs musiques sorcières de toutes les variétés. Dans un mouvement quelque peu brutale, il se laissa tomber dans le canapé en cuir froid. Couché sur celui ci, Adonis observa la pièce d'un regard vitreux.

Etant encore dans les vapes, il ne distingua rien au premier coup d'oeil, ce qui l'agaça. Se redressant, il se pinça l'arête du nez tout en fermant ses yeux et laissa son esprit vagabonder parmi ses souvenirs de la nuit précédente. Le défilement des images qui se fit dans sa tête lui arracha et un sourire et un soupir d'aise. Puis son esprit lui extorqua une image de son bureau et d'un nombre incalculable de dossier, ce qui effaça le sourire d'Adonis. Au diable le boulot!!

Il voulait passer cette journée avec sa bien aimée. L'Angleterre allait se remettre d'une absence pour un jour de leur Ministre. Enfin... lui même en n'était pas aussi sûr mais il n'allait pas pourrir sa vie privée avec une merveilleuse femme pour un boulot quelconque. Il posa sa tête sur le dossier de son canapé et ferma les paupières. Il se sentit glisser vers le sommeil mais tenta de lutter un peu. Après tout, il devait faire le petit déjeuner, sa femme le méritait amplement.

Atana avait elle aussi du boulot et il ne voyait pas pourquoi les femmes étaient désignées d'office pour les taches ménagères. Cela lui semblait stupide mais on ne peut changer la façon de penser d'un peuple vieux d'environ trois milles ans, a quelques mois près. (Pas drôle je vous l'accorde.). Peu a peu, il s'imagina entrain de servir le bacon a sa chère et tendre épouse et se douta qu'il s'était endormi pour de bon. Il ne trouva malheureusement pas la force de se réveiller. Il n'était pas dans un sommeil profond, mais pas non plus de la somnolence car il perçut la radio et de lointain bruit de voiture. Soudain la radio passa une information au beau milieu d'une musique, annonçant la mort d'une famille de sorcier, dans le Nord du Royaume Uni. Agacé, Adonis ouvrit les paupières et d'une geste rageur, fit tournoyer sa baguette, d'un mouvement sec, vers la radio qui explosa.

Surpris par son attitude, Adonis se retrouva sur ses pieds sans même y songer et s'était précipité pour ramasser l'engin encore fumant. Si elle voyait ça, il pouvait être sur de ce prendre une réprimande de derrière les fagots... ou pas. Mais il ne voulait aucunement vérifier, et d'un marmonement a peine audible, baguette pointée sur les débris:


-Reparo..

Le sortilège eut pour effet d'annuler les dégâts que eut subit la radio et celle ci reprit sa forme initiale sur le buffet où il était posté. Puis Adonis se mit en mouvement pour relier sa position et celle de la cuisine. Une fois dans celle ci, il agita tout simplement sa baguette et ustensiles et nourritures se mirent a danser dans la cuisine afin de préparer le petit déjeuner.

En attendant que cela soit fait et sous un oeil distrait mais concentré, Adonis lut le journal. Il vit la photo de son ami Giuseppe et les journalistes vantaient ses mérites dans certains domaine mais mettez en doute ses aptitudes a diriger une école de sorcellerie. Adonis jeta un coup d'oeil a la date et ne fut pas surprit de voir qu'il datait de deux jours déjà. Il n'avait guère le temps de lire le journal avec son boulot même si cela devait l'aider a voir ce que pensait le "peuple".

Adonis jeta finalement le journal dans un recoin de la pièce et reporta son attention au petit déjeuner qui gisait sur le coin de la table, dans la cuisine. Deux tasses et des tranches de bacon et de pain étaient placées sur un plateau d'argent avec pour poignées des serpents. Il prit le plateau et se dirigea vers sa chambre où il poussa doucement la porte. Atana semblait encore dormir et Adonis en profita pour placer le plateau sur le coté droit du lit avant de se coller près de sa femme, coté gauche, une partie de son corps au dessus du vide mais peu lui importait. Il écarta les cheveux de l'oreille de sa tendre et lui murmura a l'oreille:


-Petit déjeuner...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atana Markoff.
Médicomage en chef
avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 14/03/2009

MessageSujet: Re: Une journée entre époux   Jeu 19 Mar - 17:54

Atana dormait profondément. Son souffle était simple et régulier. Elle était allongé sur le ventre, les deux bras passé sous l'oreiller. Elle avait enfoui sa tête dans les coussins et ses cheveux se répandaient éparse sur son dos nu. Le draps était jeté négligemment sur ses hanches. La chambre était baignée d'une faible lumière doré qui se mêlait avec douceur à la pénombre. Seule le bruit de la respiration se faisait entendre. La pièce était calme et aucun bruit ne venait troubler la tranquillité. la jeune femme ouvrit doucement les yeux. Que le lit lui semblait vide et inconfortable depuis que son homme l'avait quitté. le peu de lumière agressa Atana qui du refermer ses yeux. Elle fronça légèrement les sourcils mais poussa un demi soupire. Elle roula sur le dos et prit toute la place dans le lit, étendant bras et jambes. Savourant la relaxation de ses muscles. D'une main encore endormie elle rabattit le draps sur son corps et posa son avant bras sur son visage. De là où elle était elle pouvait entendre le faible son qui lui parvenait du salon. Un air de musique indéchiffrable lui vint. Un air entraînant et gai, pile ce qu'il ne fallait pas pour le réveil de la jeune femme.

Elle replongea dans les affres du sommeil en se roulant en boule sur le côté. Elle posa sa tête sur l'oreiller d'Adonis, son parfum rassurant lui arrache un sourire. Elle poussa un soupir d'aise et s'emmitoufla dans les couvertures. Elle n'avait pas envie de se lever. Tous ses muscles criaient à l'infamie quand elle osait émettre l'idée. L'esprit embrumée elle se laissa bercer par les bras de morphée. Elle touchait enfin au calme absolu quand elle entendu un bruit d'explosion. Même si son cerveau mit quelque temps à comprendre ce que ce bruit signifiait un rire franc bien que faible lui échappa des lèvres. L'image d'Adonis s'imposa à elle. Un sourire attendrit lui chatouilla les lèvres. Elle se remit sur le ventre, sa position favorite et enfoui de nouveau son visage dans les coussins. Elle se sentit partir et ne lutta pas contre cette envie irrépressible de dormir. Avec son travail à St Mangouste elle accumulait du retard dans son sommeil et parfois elle tenait sur les nerfs. Elle avait comme tout Adonis un travail prenant mais les deux jeunes amoureux trouvait toujours le temps de s'occuper d'eux, de partager du temps avec leur fille. Pour Atana c'était la famille avant tout et grâce à ses efforts elle était devenu Médicomage en chef, elle pouvait donc se permettre quelque exceptions.

La jeune femme n'entendit pas la porte s'ouvrir ni même le plateau se poser à ses côtés. Elle sentit juste sa présence et son parfum. Et lorsqu'il s'adressa à elle un sourire apparut sur ses lèvres. rêvait-elle encore ? Sans doute, sa vie était un rêve depuis qu'il était entré dans sa vie. Elle ne bougea pas durent quelque instant mais frissonnait de la sensation que lui avait procuré le souffle du jeune homme dans le creux de son oreille. Elle tourna sa tête encore ensomeillié vers lui et lui adressa un magnifique sourire. Elle ne parlait pas, jamais le matin. Mais elle savait que ses émotions se transmettaient par son regard. Elle finit par se redresser et regarda son mari un sourire taquin. Elle se jeta sur lui en passant ses bras autour de son cou. Déséquilibrés ils tombèrent au sol. Atana ne put retenir un éclat de rire avant d'embrasser son mari. Elle attrapa sa nuisette et l'enfila avant de se redresser et d'attirer son ami à elle. Elle le poussa sur le lit et se blottit contre lui attrapant au passage une tranche de pain qui, on ne sait comment, avait survécu à toute l'agitation. Atana enfouit son visage dans le creux du cou d'Adonis et croqua doucement dedans. Elle était entrain d'immerger complétement de son sommeil, et elle avait les yeux fermé. Une fois sa tranche de pain finit elle murmura à Adonis :

Tu sais quoi ... j'ai pas envie d'aller travailler aujourd'hui ... je suis le médicomage en chef je peux me le permettre n'est-ce pas ? Et puis ... peut-être que Monsieur le Ministre pourra me faire un mot d'excuse n'est-ce pas ?

Atana se redressa et sourit à son mari, son homme, son tout, sa vie avant de déposer un baiser sur ses lèvres. Elle avait juste envie de rester blottit contre lui. Elle avait envie d'oublier tout ce qui se passait dans ce monde, juste envie de continuer à faire tourner son monde à elle. Elle déposa un abiser dans le cou d'Adonis et regarda a chambre autour d'elle. Son regard se posa sur leur photo de mariage. Ce jour là avait été le plus rayonnant pour Atana. Ils s'étaient promit l'un à l'autre pour l'éternité. Et l'éternité semblait encore bien trop courte ... Elle se laissa bercer par ses souvenirs et le regard légèrement voilé admira les trait fin et le sourire éblouissant de son mari sur la photo. tous les deux possédaient cette étincelle de fierté. Fier d'être l'un avec l'autre. Fier de concrétiser leur rêve. Fier d'être une famille soudée. Fier de leur petit bout de 5 ans agitant la main vers le photographe. Fier de s'être rencontré et de s'aimer ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une journée entre époux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Heirs... :: Londres :: Rues de Londres :: Maison des Markoff-
Sauter vers: